Vous avez aimé cet article? Merci de le partager et d'en faire profiter à d'autres.
Temps de lecture : 5 minutes

Le Mauricien Alexandre Landinaff est le nouveau champion de Bretagne du 110m Haies.

Alexandre Landinaff fait montre d’une détermination farouche et aussi d’une maîtrise technique impressionnante où l’on voit bien la démarche aérodynamique avec un corps laissant très peu de surface en opposition au vent au moment où il franchit ses haies.

Avec un temps de 14″80 secondes, le Mauricien Alexandre Landinaff est devenu le nouveau champion de Bretagne dimanche dernier. La veille, il avait pris la médaille d’argent au saut en hauteur. Il songe maintenant à améliorer son temps pour une qualification aux championnats de France à Albi et, éventuellement, une sélection pour les prochains Jeux des Iles de l’Océan Indien.

«Je suis très content d’avoir pu ramener cette médaille », nous confie le nouveau champion qui exprime sa reconnaissance envers ses entraîneurs, son club (le CJF Saint-Malo) ainsi que ses amis. Descendu du podium, il est aussi descendu de son petit nuage : «  Maintenant, l’euphorie est passé et il faudra régler tous les problèmes techniques qui sont ressortis de cette course », nous dit-il.

Elève du Lycée Labourdonnais jusqu’à l’année dernière, Alexandre Landinaff a toujours su concilier les études, les arts et le sport. A quelques jours de son départ pour Rennes, ses amis l’applaudissaient sur la scène du Caudan Arts Centre. Tous unanimes qu’il allait entreprendre des études correspondant à ses aptitudes : boute-en-train et sensible, il pouvait transmettre des émotions par le chant ou son jeu d’acteur. Donc les études en arts du spectacle, ça tombait sous le sens. Mais le jeune homme est capable d’introspection et ose se remettre en question.

« J’ai eu beaucoup de mal à m’adapter à la vie rennaise et cela a beaucoup influé sur mes performances cet hiver. En gros, je me suis planté », avoue-t-il sans complaisance. Qu’allait-il faire de sa passion pour les ressources humaines, la gestion et le management ? « J‘ai pris la décision de me réorienter en gestion des entreprises et administration », nous dit-il.

« La prochaine année scolaire sera une nouvelle formation en études supérieure et j’espère que je pourrais suivre une bonne cadence d’entraînement. Mais ma priorité restera le diplôme », nous explique-t-il. Alexandre a trouvé un job pour l’été. Il a aussi déménagé et s’est emménagé du temps pour les entraînements. « Mes entraîneurs et mon club me mettent dans de bonnes dispositions pour que je puisse progresser et font au mieux pour s’adapter à ma situation et mes disponibilités. Je tente de le leur rendre du mieux que je peux et, au boulot, ma cheffe et l’équipe avec laquelle je travaille sont conscients de mes projet et mes ambitions sportives. On parvient à trouver ensemble des arrangements pour que je puisse participer aux compétitions. Je leur en suis énormément reconnaissant », nous révèle le jeune champion.

Pas vraiment étonnant pour ce jeune homme aux aptitudes multiples. Il faisait du saut en hauteur initialement, mais suite a une blessure au genou, il avait dû mettre cette épreuve en pause. Il était passé de 1m85 à 1m97 en 3 mois. Mais vers la mi-mars, il a dû mettre une pause à sa progression au saut en hauteur. C’est ce qui l’a mené aux 100m Haies. Bien lui en a pris : « Mes entraîneurs – Pascal Chevray, Fred Boquet et Fabrice Petit – ont vu quelque chose chez moi lors des entraînements et ont tout de suite voulu m’accompagner dans cette discipline que j’avais déjà effectué une ou deux fois à Maurice1. À l’époque, j’avais un temps de référence de 16″50 secondes ».

Pascal Chevray va alors le prendre sous son aile pour effectuer un travail technique dans la perspective des Interclubs se déroulant au mois de mai. « En co-coaching avec Fred Boquet, nous tournions à quatre entraînements par semaine. Nous avons aussi effectué un stage intensif de deux semaines en Vendée, à Saint Jean de Monts. L’objectif était de progresser afin d’être aux alentours des 15″20 secondes à la fin de la saison. Une saison qui à débuté par un chrono de 15″43, synonyme à l’époque de record personnel, au meeting de Saint-Malo, me qualifiant déjà pour les Championnats de Bretagne », relate-t-il.

Les objectifs allaient évoluer au fur et à mesure de la saison. Comme les performances en progression en récompense de son application. « J’avoue que gérer études, sport et vie sociale c’est compliqué et on y laisse énormément d’énergie. Du mieux que j’ai pu je me suis accroché, quitte a perdre des heures de sommeil, raté des sorties, anniversaire, les rendez-vous galants et j’en passe. La priorité était d’être à jour pour l’université et m’entraîner pour progresser », avoue-t-il simplement. Ainsi vint l’objectif d’aller chercher une médaille aux Championnats de Bretagne…

Une semaine avant ces championnats,Alexandre Landinaff réalisait un nouveau record personnel : 14″70 secondes au meeting ranking de Saint Renan ! Les choses se présentaient bien : « Aux championnats de Bretagne, j’ai pris la médaille d’argent au saut en hauteur le samedi, dans un concours où j’ai changé de jambe d’impulsion afin de ne pas me blesser. La performance était anecdotique mais j’étais heureux d’aller chercher la 2eme place ».

Le dimanche, les conditions climatiques étaient plutôt catastrophiques : vent et averses, avec un vent défavorable de -1,1m/s, au point où des questions se posaient sur la suite de la compétition. Au 110mH, ce ne sont pas les meilleures conditions.

« Finalement, à 14h, c’est la série de qualifications pour la finale. Je termine premier, à la bagarre avec mon adversaire qui fera 14″93 et moi 14″82 », raconte-t-il. Le voilà cette fois en concurrence avec un athlète qui s’était placé 4ème aux Championnats universitaires de France deux semaines auparavant. Après une heure de repos, un petit café et une bonne playlist, le voilà reparti à l’échauffement… avec l’envie d’aller chercher la plus haute marche du podium !

Son objectif pour la fin de saison est de s’améliorer afin de s’assurer une qualification aux Championnats de France à Albi et de faire en sorte de baisser le chrono au maximum. « Et qui sait, avec encore plus de travail et de résultats, pourquoi ne pas aller chercher une sélection pour les Jeux des Îles 2023 ? », lance-t-il. Une initiative qui en entraîne une autre : du naturel pour Alexandre qui s’est toujours amusé à voir le monde en grand.

1Sous la houlette de Serge Tranquille et sous les couleurs du Stanley-Trèfles.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.