Vous avez aimé cet article? Merci de le partager et d'en faire profiter à d'autres.
Temps de lecture : 3 minutes

IAN s’associe à l’India Africa Entrepreneurship Forum pour dynamiser le réseau de partenaires

Mme. Padmaja Ruparel et M. Baljinder Sharma

L’Indian Angel Network (IAN), la plus grande plateforme indienne pour l’investissement d’amorçage et de démarrage des entreprises du secteur de la technologie, organise la deuxième édition du sommet Inde-Afrique sur l’entrepreneuriat à Nairobi, (Kenya), les 1er et 2 juillet 2022. Ce sommet se tient en partenariat avec un consortium d’investisseurs réunis au sein du India Africa Entrepreneurship Forum (IAEF), un réseau de partenaires de capital-risque, et en même temps une entité à but non lucratif, qui cherche à connecter les écosystèmes entrepreneuriaux de l’Inde et de l’Afrique. Pour rappel, la première édition de cet événement s’était tenue à Maurice il y a deux ans.

Le partenariat IAN et IAEF vise à jeter des ponts entre les entrepreneurs indiens et africains, en explorant les opportunités et en promouvant la collaboration entrepreneuriale. Les investisseurs éminents de l’Inde et de l’Afrique se réuniront pour discuter de l’élaboration d’un corridor d’investissement Inde-Afrique devant permettre aux startups des deux blocs régionaux d’échanger des ressources, des connaissances et des capitaux pour se développer.

« Nous sommes ravis d’amener des investisseurs et des entrepreneurs prospères à Nairobi », a déclaré Mme Padmaja Ruparel, la cofondatrice de IAN & Founder Partner, IAN Fund. Elle considère qu’il y a « Un haut niveau d’énergie et d’esprit d’entreprise stimule l’écosystème des startups indiennes. Et la collaboration entre l’entrepreneuriat indo-africain peut augmenter la portée et l’impact de l’innovation et de la croissance des entreprises. Le partenariat aidera uniquement les entreprises à se développer et à se développer en tirant partie des marchés et des investisseurs de l’Inde et de l’Afrique ».

Commentant le partenariat, M. Baljinder Sharma, l’un des fondateurs de l’événement, fait ressortir: « Il est encore peu connu que de nombreux entrepreneurs indiens se sont associés à des entrepreneurs africains pour cofonder des entreprises spécifiques à l’Afrique. Tout récemment, les investisseurs providentiels (Angel Investors) en Inde ont montré de l’intérêt pour investir en Afrique, tout comme les investisseurs providentiels d’Afrique ont investi en Inde par exemple ».

L’Inde abrite plus d’une centaine de licornes1 et le deuxième plus grand écosystème de startups au monde avec plus de 65 000 startups reconnues par DPIIT. D’autre part, l’écosystème des startups africaines se développe rapidement et a récemment attiré l’attention des entrepreneurs technologiques et des fonds de capital-risque mondiaux, passant de « l’aide » à « l’investissement » sur le continent; créer et maintenir plusieurs possibilités économiques dans le processus.

L’Inde et l’Afrique s’associent ainsi pour renforcer leurs startups en début de carrière en leur fournissant des connaissances, des financements et des opportunités de marché, augmentant ainsi le commerce et le développement entre les deux économies. « Nous en sommes à une phase précoce de ce nouveau partenariat stratégique entre l’Inde et l’Afrique qui est sur le point de connaître une croissance rapide et il reste beaucoup à faire pour sensibiliser le public. Je suis heureux que les entrepreneurs et les groupes d’anges aient assumé cette importante mission », ajoute Baljinder Sharma.

En tant que l’un des partenaires de l’événement, IAN aide l’IAEF à faciliter plusieurs transactions transfrontalières entre entrepreneurs, investisseurs et gouvernements. La plateforme existe pour exploiter le potentiel créatif des entrepreneurs et leur pouvoir de la collaboration. est envisagée comme une plate-forme incontournable pour les entrepreneurs et les investisseurs activement impliqués dans l’espace des startups. L’IAEF encouragera l’apprentissage mutuel et fournira les ressources pour permettre aux startups de réussir malgré l’adversité et des conditions de marché immatures.

Lors de la tenue du premier sommet à l’île Maurice, il y a deux ans, Derrick Ashong avait accordé un entretien à Indocile au cours duquel il exprimait de manière très concrète comment la culture et la diversité allaient favoriser la création de nouveaux contenus pour que la communauté humaine puisse s’engager dans des échanges encore plus dynamiques.

1 Initialement réservé aux entreprises américaines, le terme « licorne » (Unicorn) s’est élargi pour désigner toute entreprise dont l’activité est marquée par l’innovation, une offre disruptive et une croissance ultra-rapide financée par des fonds extérieurs.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.