Vous avez aimé cet article? Merci de le partager et d'en faire profiter à d'autres.
Temps de lecture : 3 minutes
Dr Bhedita Seewoo lors de la présentation de sa thèse sur la stimulation magnétique trans-crânienne répétitive comme traitement de la dépression résistante aux médicaments

La Dr Bhedita Seewoo, chercheuse à la Fondation Minderoo, a pour projet de recueillir des preuves des effets des produits chimiques plastiques sur la santé humaine. La Mauricienne peut s’embarquer dans cette initiative grâce à ses compétences exceptionnelles qui lui valent de faire partie d’une équipe dirigée par la professeure émérite Sarah Dunlop, directrice des plastiques et de la santé humaine de la Fondation Minderoo et ancienne membre du comité consultatif de recherche de l’Institut Perron.

Bhedita Seewoo a été remarquée, selon le site de l’Institut Perron, par la qualité de son travail au cours de son doctorat dans le cadre du groupe de recherche sur la plasticité cérébrale de l’Institut Perron et de l’Université d’Australie occidentale. La Dr Seewoo a, en effet, étudié l’utilisation de la stimulation magnétique trans-crânienne répétitive (SMTr), une technique de stimulation cérébrale non invasive. Bien qu’approuvé par la Food and Drug Administration des États-Unis comme traitement de la dépression résistante aux médicaments, les mécanismes sous-jacents à ses effets thérapeutiques ne sont pas entièrement compris.

La thèse du Dr Seewoo a été validée sans aucune correction. Le site de l’Institut Perron relève que dans le rapport des examinateurs, l’un d’eux a fait ressortir que : « Cette thèse est l’une des plus impressionnantes que je n’ai jamais lues », et dans le rapport viva voce (examen oral), un autre examinateur a déclaré que la thèse du Dr Seewoo « est la plus exceptionnelle que j’ai évaluée dans ma carrière scientifique ».

La thèse de Dr Seewoo a caractérisé les effets de la SMTr de faible intensité sur la fonction, la chimie et la structure du cerveau à l’aide de l’IRM dans des modèles précliniques de dépression. Les résultats ont montré l’efficacité de la SMTr de faible intensité dans les modèles précliniques et facilitent le développement de protocoles de stimulation optimaux pour améliorer l’efficacité de la SMTr en tant qu’outil thérapeutique.

« Lorsque j’ai commencé mon doctorat, mon objectif était de publier au moins dix articles de premier auteur d’ici la fin », a déclaré Bedhita Seewoo. « En fin de compte, j’ai publié dix publications de premier auteur au cours de mon doctorat, trois publications avec des collaborateurs de la Mayo Clinic aux États-Unis et deux publications de mon travail au Centre for Microscopy, Characterisation and Analysis de l’UWA ».

La jeune chercheuse est pleine de reconnaissance pour tous ceux qui l’ont aidé : « Je n’aurais pas pu y parvenir sans le soutien d’un groupe incroyable de personnes autour de moi. Je tiens également à remercier mon mentor, le Dr Jim Cummins, pour son soutien continu et ses conseils exceptionnels. Je suis également reconnaissant à Andrew et Nicola Forrest pour la bourse de la Fondation Forrest de recherche. En plus de mon mari et de ma famille, je tiens à remercier mes collègues Jessica Moretti et Lauren Hennessy (également du groupe de recherche sur la plasticité cérébrale) d’avoir cru en moi, de m’avoir aidée à traverser les moments difficiles et d’avoir célébré mes victoires ».

En reconnaissance de cette thèse exceptionnelle, Dr Seewoo a reçu une mention honorable du conseil d’administration de la liste du doyen de l’école de recherche supérieure de l’UWA. Le groupe de recherche sur la plasticité cérébrale, dirigé par la professeure agrégée Jenny Rodger, continue d’étudier ces protocoles et d’autres avec des participants en bonne santé et des patients souffrant de dépression à l’hôpital Sir Charles Gairdner.

Toute à la joie de sa réussite, la Mauricienne exprime néanmoins un manque : « J’espère que les frontières s’ouvriront bientôt et que mes sœurs et mes parents pourront assister à ma remise des diplômes en juillet. Faire un doctorat loin de la famille est difficile, et c’est devenu encore plus difficile avec la pandémie et la fermeture des frontières. Je souhaite donc le meilleur à tous les étudiants internationaux dans des situations similaires ».

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.