Vous avez aimé cet article? Merci de le partager et d'en faire profiter à d'autres.
Temps de lecture : 2 minutes

Le codage de Priyanjali Gupta permet la traduction simultanée de la langue des signes

Captures d’écran de la vidéo de démonstration de l’Indienne Priyanjali Gupta sur LinkedIn. La magie de l’initiative : cette jeune étudiante de 20 ans garde son application en Open Source pour permettre à d’autres de l’améliorer et l’adapter à leurs langues.

Dans une vidéo de 27 secondes diffusée au début du mois de février 2022 via son profil LindedIn, Priyanjali Gupta, étudiante à l’Institut de Technologie de Vellore, en Inde, fait traduire en simultané « Salut, je t’aime, oui, non, merci, s’il te plaît » qu’elle transmet en langues de signes. Cette traduction en direct a été rendue possible grâce au développement d’une application permettant de codifier la langue des signes par le biais de l’intelligence artificielle.  

Priyanjali Gupta travaille depuis plus d’une année à la conception de cette application qui met ‘intelligence artificielle (IA), au service de la langue des signes. Comme le rapporte le site Creapills, la jeune femme a partagé l’évolution de son projet dans une publication devenue aujourd’hui très populaire sur le réseau professionnel. Plus de 60 000 personnes ont, en effet interagi, avec la publication qui compte également plus d’un millier de commentaires.

Le code de cette application d’IA a été écrit en langage Python et est disponible en libre accès via la plateforme Github. Une base de travail d’une valeur inestimable pouvant permettre à d’autres génies du codage informatique d’améliorer l’application ou de traduire la langue des signes dans d’autres langues, par exemple.

Très concrètement, lorsque quelqu’un lance l’application et se met face à la webcam, le logiciel reconnaît le geste et le traduit automatiquement en quasi simultané. Fière de son invention, Priyanjali Gupta a partagé sa création sur LinkedIn au début du mois de février.

 « Il est temps de faire quelque chose d’utile maintenant que tu étudies l’ingénierie », lui avait dit sa maman en février 2021. Ce n’est pas tombé dans l’oreille d’une sourde, pourrait-on dire. Depuis un an, la jeune étudiante de 20 ans travaille sur son projet, parvenant finalement à réaliser cette grande première.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.